Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 12:56

10-.jpg

Le premier gros événement de la présidentielle est imminent avec le prochain franchissement de la barre des 10% par Jean-luc Mélenchon. (...)


Si la réalité de l'évolution du rapport de forces est bien celle  que traduisent les succès des meetings, l'audience des trop rares émissions télé, la dynamique de campagne que les militants rencontrent sur le terrain, le moment de l'annonce d'un 10% et plus, devrait surgir un de ces jours. Un seuil psychologique sera ainsi franchi pour le Front de gauche en annonçant une nouvelle phase dans la vie politique du pays. Il est important de constater que la résonance de la campagne de Jean-Luc Mélenchon et de ses amis s'élargit dans le même temps où la perspective de la défaite de Sarkozy se précise. Le risque d'une résurrection élyséenne de l'UMP s'éloigne et, avec lui, le vrai-faux argument socialiste du "vote utile pour battre la droite". François Hollande, d'ailleurs, s'il se tasse dans les derniers sondages, demeure en pôle position devant le président sortant donné perdant dans tous les cas de figure au deuxième tour.

 

L'espace se libère en faveur du vote de conviction pour le Front de gauche. Un vote, utile, celui-là, pour que la défaite de Sarkozy débouche sur un élan pour un vrai changement et sur des horizons de profonde redistribution de la donne politique à gauche. Face à la crise qui s'alourdit, il s'agit d'un atout considérable pour les salariés et la jeunesse.

 

Edito de Christian Audouin paru dans le quotidien l'Echo du 8 mars 2012

Partager cet article
Repost0
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 07:46

 

Jean-Luc Mélenchon explique sur TF1 sa révolution citoyenne avec le sourire

melenchon scalewidth 630  Le candidat du Front de gauche était le second invité de Parole au candidat sur TF1 ce lundi soir. Malgré un temps de parole moindre et une heure de passage tardive, Jean-Luc Mélenchon a singulièrement tranché par son style décontracté et ses idées humanistes, avec Marine Le Pen, première invitée à qui était réservé le prime time, et qui, près de deux heures durant, a répondu avec autant d'approximation que de morgue aux questions posées par le panel de Français sélectionnés et par les journalistes.

 

extrait du quotidien l'Humanité du mardi 6 mars 2012

Partager cet article
Repost0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 17:50

Quelque chose est en train de se jouer dans la campagne présidentielle. Alors que les partisants de Nicolas Sarkozy espéraient voir les courbes des sondages se croiser entre le candidat-président et François Hollande, c'est au contraire un fossé qui se creuse entre les deux favoris.


La stratégie présidentielle ne fonctionne pas. Elle se rabat sur la radicalisation des propos pour séduire les électeurs du Front National. En réalité, plus rien ne marche dans le camp de l'UMP parce que Nicolas Sarkozy s'est isolé. Du temps de sa mandature, tous ses rendez-vous en province n'étaient en réalité que des meetings où seuls les militants UMP étaient autorisés à franchir le barrage de CRS posté deux kilomètres en amont. Et si un sifflet se faisait entendre, le préfet sautait immédiatement ! C'est ainsi qu'il s'est cru aimé des Français et pas un seul courtisan n'osait lui dire le contraire. Les déroutes de son camp aux municipales, aux régionales, aux cantonales et les millions de manifestants contre la réforme des retraites ou les projets de carte scolaire ne lui ont pas ouvert les yeux.

 

Jusqu'à l'incident de Bayonne où la foule l'a conspué, l'obligeant à trouver refuge dans un café, le temps d'appeler quelques renforts. La majorité a évoqué une conspiration. En réalité, le roi est nu, seul, entouré de son Etat UMP dont il ne restera rien quand il sera congédié. Personne d'ailleurs dans son propre camp ne lui vient réellement en aide. On laisse parler Claude Guéant, on oublie Fillon, Juppé se tait... et on rappelle Rama Yade et Rachida Dati. Pathétique !

 

François Hollande descend en roue libre jusqu'à la ligne d'arrivée. Mais à ne plus avoir besoin de pédaler, il pourrait à son tour perdre le contact avec la réalité. Une victoire trop facile serait le début de l'échec. Nicolas Sarkozy en apporte la preuve tous les jours.

 

 

texte de Thierry Spriet publié dans l'Echo du lundi 5 mars 2012

Partager cet article
Repost0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 10:36

Voilà que François Hollande se retrouve déguisé, par la grâce de Nicolas Sarkozy, en dangereux bolchévique affameur des riches et épouvantail à footballeurs et chanteurs à revenus mirobolants.

Le candidat socialiste n'en demandait sûrement pas tant, après avoir brusquement annoncé le projet de création d'une tranche fiscale à 75% pour les revenus supérieurs  à un million d'euros.

Sa proposition va dans le bon sens d'une taxation plus que légitime des plus riches, mais est loin cependant, d'être révolutionnaire en matière de répartition plus juste des richesses nationales.

Cette tranche supérieure ne concernerait que quatre à cinq mille contribuables et rapporterait sensiblement moins de un milliard dans les caisses de l'état. Pas de quoi prendre les chemins de Coblentz pour ça!

 

Pour comparaison, rappelons que le programme du Front de gauche prévoit la création de neuf tranches supplémentaires au-delà des 45% actuels, pour atteindre, dans la progressivité, 100% de taxation au-dessus de 360.000 euros de revenus annuels, soit 20 milliards de recettes nouvelles pour les finances de l'Etat. Avec 360.000 euros pour vivre, on est loin d'être dans la dèche! Alors, avec un million...

Il n'empêche que les âmes sensibles montent au créneau pour hurler au scandale et annoncer de fantastiques migrations fiscales. Une indécence de plus pour les libéraux, à l'heure de austérité généralisée et sans issue pour les peuples.

Une indécence éhontée qui invite au sang-froid -c'est aujourd'hui que les plus riches nous pillent et nous spolient- et au vote à gauche, le plus à gauche possible, sur le nom de Mélenchon. Pour que justice sociale passe et que principes républicains triomphent: liberté, égalité, fraternité.


texte de Christian Audouin publié dans le quotidien L'ECHO du 2 mars 2012.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 07:53

Parmi les signataires : ASCARIDE Pierre, Acteur, auteur et metteur en scène ; AUCOUTURIER Pierre, Professeur d'Immunologie, Paris ; BANDELIER Bernard, Professeur des universités ; BEAUD Stéphane, Sociologue, École normale supérieure ; BENAROUS Richard, Médecin, Directeur scientifique ; BERGOUGNOUX Pierre, Écrivain ; Judith BERNARD, metteur en scène ; BLOCH Bernard, Metteur en scène et comédien ; BOKOBZA Hervé, psychiatre-psychanalyste ; BONTHOUX Françoise, Professeur des universités, Grenoble ; BOUCOBZA Isabelle, Enseignant-chercheur, Juriste ; BRAY Florence, Enseignant-chercheur, Gauche-cactus ; CABANES Max, Auteur de bandes dessinées ; CASSEN Bernard, Jourbnaliste, Secr. général de Mémoire des luttes ; CHAO Ramon, Journaliste ; CHARB, Dessinateur de presse ; COLLOVALD Annie, Professeur des universités ; COMOLLI Jean-Louis, Cinéaste, Paris ; DAVISSE Françoise, Réalisatrice ; DE SAINT DO Valérie, Journaliste et auteure ; DE WAELE Catherine, Directeur de recherche au CNRS, Médecin ; DESMETTRE Bérengère, Artiste photographe, écrivain ; DORAY Conception, psychanalyste ; DOUAIRE-MARSAUDON Françoise, Directrice de recherche CNRS, Anthropologue ; ETHUIN Nathalie, Enseignant-chercheur ; FOULQUIE Philippe, Directeur-fondateur du Théâtre Massalia et de la Friche la Belle-de-Mai ; FRIOT Bernard, Professeur des universités ; GADREAU Maryse Professeur des universités ; GARO Isabelle, Philosophe ; GEAY Bertrand, Professeur des universités ; GENTRY Anne, Médecin ; GEST Martine, Professeure IUFM ; GIACOMO-MARCELLESI Mathée, Professeur des universités ; GORI Roland, Professeur des universités ; GRET Marion, Chercheure ; HACCOUN Martine, Anesthésiste Réanimateur ; HAGUENAUER Jean-Louis, Pianiste ; HARTEMANN Agnès, Médecin, professeur des universités ; HUET Sylvestre, Journaliste ; HUSSON Michel, économiste ; JOLIBERT Josette, Chercheure en didactique ; JOLLET Anne Enseignante-chercheure, Historienne ; JOUAN Marlène, Enseignant-chercheur, philosophie ; JOUANNEST Gérard, Musicien, compositeur ; KATZ Rose, Directrice de recherche, INSERM ; KIEFFER Annick, Sociologue ; KINZLER Catherine, Philosophe, écrivain ; LAMRANI Salim, Enseignant-chercheur ; LANGEVIN Hélène, Directrice de recherche honoraire, CNRS ; LANTHEAUME Françoise, Enseignante-chercheure ; LEBARON Frédéric, Professeur des universités ; LE VAILLANT Anne-Claire, Architecte ; LEXTRAIT Fabrice, LUBAT Bernard, Artiste musicien, MABROUK Kamel, Enseignant-chercheur ; MAUGER Gérard, Directeur de recherche, CNRS ; MAZAURIC Marion, Éditrice ; MEMMI Dominique, Directrice de recherche, CNRS ; NEF Annliese, Enseignante-chercheure ; ORTOLA Marie-Sol, Professeur des universités ; PARIS-CLAVEL Gérard, Graphiste ; PENA RUIZ Henri, Philosophe, écrivain ; PERRONE Marc, Artiste Musicien ; PESCHANSKI Robi, Professeur des universités, physique théorique ; PIERRU Frédéric, Sociologue, CNRS ; PIGENET Michel, Professeur des universités, Directeur du Cente d’Histoire sociale du 20ème siècle ; PIGNON-ERNEST Ernest, Artiste-peintre ; PINÇON-CHARLOT Michel et Monique, Dir. de recherche, CNRS ; PLASSART Marie, Enseignante-chercheure ; PORCHERON Sapho, Avocate à la Cour ; PUDAL Bernard, Professeur des universités ; RAMONET Ignacio, Journaliste, Dir. du Monde diplomatique en espagnol ; RISTAT Jean, Écrivain ; ROZA Stéphanie, Professeur de philosophie ; RUSCIO Alain, Historien ; SAURET Marie-Jean, Professeur des universités, Psychanalyste ; TANGUY Lucie, Sociologue, CNRS ; TERRAIL Jean-Pierre, Professeur des universités, sociologue ; THERY Julien Professeur des universités, Histoire du droit ; TORT Patrick, Directeur de l'institut Charles Darwin international, TRIPIER Maryse, Professeur émérite de sociologie ; VALENTIN Boris, Enseignant-chercheur, anthropologie ; VOVELLE Michel, Historien ; WEBER Anne Co-director Team 2, Inserm ; WOLIKOW Serge, Professeur des universités, Histoire....

Partager cet article
Repost0