Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 13:40

Quand les responsables de l’Etat cèdent aux pressions des bonnets rouges, ils n'opèrent pas de virage politique. Les chefs d’entreprise bretons ne réclament pas, en effet, moins de libéralisme. Ils demandent des baisses de charges et de taxes. En cédant sur l’Ecotaxe, l’Elysée et Matignon se privent, certes, de recettes fiscales, mais ils ne tournent pas pour autant le dos à leurs orientations politiques. Au contraire : la diminution du «coût du travail» figure parmi les objectifs gouvernementaux essentiels, censés favoriser les créations d’emplois ; même si ce dogme appliqué en France et en Europe s’est révélé contre-productif depuis longtemps…

 

Céder sur l’augmentation de la TVA implique, en revanche, que François Hollande et Jean-Marc Ayrault commencent à changer de cap. Les recettes programmées par les hausses de TVA sont destinées à compenser, aux côtés du reflux des dépenses publiques, le cadeau de 20 milliards octroyé aux entreprises et à leurs actionnaires. La grande manifestation d’hier pour le statu quo sur la TVA et pour la justice sociale et fiscale, est l’œuvre des formations du Front de Gauche. Les dirigeants socialistes sont donc clairement confrontés, dans ce cas, à une contestation de leurs choix et à l’exigence d’un virage à gauche! C’est autrement plus sérieux pour eux que les manifestations des bonnets rouges ou bleus.

 

D’où leur malaise et leur recours aux faux compteurs du ministère de l’Intérieur. D’où l’impact profond des mobilisations présentes et à venir du Front de gauche. De ce côté là, on sonne l’heure du changement.

 

Christian AUDOUIN dans l'edito de l'Echo du 2 décembre 2013

Partager cet article
Repost0

commentaires