Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 18:49

Les communistes de la Haute Assemblée préviennent

qu’ils voteront contre le PLFSS.


L’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) vient de débuter au Sénat et devrait s’achever dès la fin de la semaine. Pas de temps à perdre donc pour les sénateurs du groupe Communiste, républicain et citoyen (CRC) pour faire entendre les raisons de leur opposition. « Nous dénonçons une insuffisance de financement qui va nous conduire à voter contre le PLFSS », a annoncé Dominique Watrin, hier lors d’une conférence de presse. « Ce projet de loi est écrit à l’encre de l’austérité et sous la dictée des injonctions de la Commission européenne, a-t-il poursuivi. Il s’inscrit plus dans une démarche comptable de réduction des déficits que de réponse aux besoins de santé et de protection sociale. » Une logique, dont les « assurés sociaux » feront les « frais » et qui « se traduit dans l’ensemble des branches », a affirmé l’élu du Pas-de-Calais.


« L’injustice est notable concernant la compensation de l’augmentation de la cotisation patronale sur les retraites par une baisse de la cotisation famille. C’est un pas de plus vers la fiscalisation de la branche », regrette Isabelle Pasquet. « Pour l’hôpital, c’est une saignée insupportable de 440 millions d’euros », dénonce Laurence Cohen. Leurs amendements ayant été rejetés en commission, les sénateurs CRC n’ont que peu d’illusions sur le sort qui leur sera réservé en séance publique. Leur vote contre la première partie du texte (les recettes) pourrait induire son rejet et stopper l’examen du projet. Le gouvernement en portera, selon eux, la « responsabilité » : « Si certains de nos amendements sont adoptés, les choses pourront être appréciées différemment », a prévenu Annie David. Parmi ceux-ci, des propositions alternatives « qui ne sont pas entendues » : « L’augmentation de 5 % des cotisations assises sur le capital, la modulation des cotisations patronales », selon la politique d’embauche et de salaires, a énuméré Dominique Watrin.

 


Julia Hamlaoui

Partager cet article
Repost0

commentaires