Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 07:37

laposte.jpg

Lors du conseil d’administration de La Poste, des résultats financiers florissants ont été présentés pour 2011.


Le résultat net du groupe augmente de 23 %, pour atteindre 661 millions d’euros (hors créances grecques détenues par La Banque postale). Un bilan positif qui per­met de verser 136 millions d’euros de dividendes aux actionnaires, l’État et la Caisse des dépôts. Mais, en contrepartie, le bilan social est lourd. 10 091 emplois ont été supprimés.


D’après la CGT, 90 000 emplois ont dis­paru sous la présidence de Jean-Paul Bailly. Les arrêts maladie stagnent au niveau élevé de 20,45 jours par agent, d’après SUD PTT. Pour Bernard Dupin, administrateur CGT, «il faut faire le lien entre les résultats 2011 et les conditions dramatiques de travail». Le suicide du postier rennais de vingt-huit ans sur son lieu de travail a marqué les esprits. Dans une lettre, il avait exprimé son anxiété professionnelle. Récemment, l’Inspection du travail avait pointé la «faute caractérisée» des dirigeants de La Poste après le suicide d’un agent au centre financier du 15e arrondissement de Paris, en septembre 2011. Mais la direction n’est pas prête à admettre une quelconque responsabilité, prônant des mesures de «bien-être» pour les salariés.


Signe que les rapports se tendent entre les représentants des salariés et la direction, pour la première fois, toutes les organisations syndicales ont voté contre la proposition d’actionnariat salarial. D’après les Échos, l’ouverture aux agents du capital de la société anonyme à capitaux publics se ferait à hauteur de 2,99 %. Pour la CGT, «cela ferait peser les risques de l’entreprise sur les salariés et leur rémunération serait rendue aléatoire».


Pourtant, la direction maintient ce projet. Pendant que le malaise social s’installe, le dialogue de sourds continue à La Poste


 

provenance www.pcf.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires