Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 07:39

A nouveau, la France est rappelée à l’ordre par l’Union européenne. La Commission estime en effet que nous souffrons de «déséquilibres macroéconomiques». Si ces derniers ne sont pas jugés excessifs comme dans le cas de l’Espagne ou de la Slovénie, de nouveaux «efforts» devraient être demandés et ce d’ici à la fin du mois de mai.

 


La Commission européenne va encore plus loin en expliquant que «la perte rapide de parts de marché» s’explique par une progression trop rapide des salaires, eu égard à la stagnation de la productivité. Faut-il comprendre qu’une fois de plus, le travailleur est coupable par ricochet aux yeux de Bruxelles ? Rien d’étonnant à ce que la majorité française ait soutenu mordicus l’accord sur l’emploi, qui profite à plein au Medef.

 


Il est vraiment temps de se demander si 2013 ne sera pas «l’an de Grèce» pour l’Hexagone.

 Alors que jusqu’au sein du gouvernement, plusieurs voix s’élèvent pour réclamer le renoncement à l’austérité, Bruxelles continue d’exercer des pressions et nul doute que l’Etat se couchera sans sourciller. Après tout, François Hollande et Jean-Marc Ayrault l’ont dit et redit, ils ne changeront pas de cap ! Peu importe que les prévisions de croissance ne cessent de baisser et que l’Unicef assure que les enfants sont clairement victimes de l’austérité qui s’abat sur l’Europe.

 


S’il paraît de plus en plus naïf d’attendre un revirement constructif de la part des dirigeants européens, il ne faudra pas négliger l’impact des prochaines élections européennes.

Plus les eurodéputés déterminés à combattre les folies de la finance seront nombreux, meilleures seront les chances de voir se dresser une nouvelle Europe, économiquement plus juste et plus égalitaire.

 

 

Mickaëlle JOUAULT

Partager cet article
Repost0

commentaires