Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 07:18

Le climat se pourrit: brouillard, pluie, vent et coups de tonnerre envahissent en accéléré l’espace du pacte de compétitivité. Sale temps pour le «compromis historique» entre classes sociales aux intérêts antagonistes, auquel appelle François Hollande! Ce projet «hors sol» est même carrément historiquement compromis...


Dans une colère unanime, tous les syndicats de salariés hurlent au scandale face aux propositions que les organisations patronales ont formulé hier dans le cadre de la négociation sociale voulue par l’Elysée dans le but de ce compromis. Les patrons ne proposent rien d’autre que le triomphe de leurs «vielles lunes» opposées aux contrats à durée indéterminée et aux procédures réglementaires de licenciement en vigueur. Leur «donnant-donnant» se résume à ça: liberté de flexibilité du travail en échange de... la liberté d’acceptation pour les salariés. Ce pouvoir absolu accordé au plus fort au sein du rapport capital-travail, s’exercerait sur les décombres du Code du travail dynamité. Courtisé et encensé par le gouvernement, le Medef se sent pousser des ailes.


Les syndicats rejettent le piège du «compromis» en exigeant, dans ce contexte, l’annulation du cadeau de 20 milliards offert au patronat et aux actionnaires. Ils ont parfaitement compris qu’il serait vain d’attendre des décisions favorables à l’emploi, en contrepartie du pacte de compétitivité. Le pouvoir en place osera-t-il légiférer contre eux au vu de l’échec programmé d’une telle vraie fausse négociation? Ou prendra-t-il appui sur la lucidité et la volonté de changement des salariés afin de mettre le grand patronat et ses réseaux financiers à la raison? Malheureusement, au fil des jours, le suspense perd en intensité...


Christian AUDOUIN

Partager cet article
Repost0

commentaires