Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 13:25

A l’exception du «mariage pour tous», il n’est guère d’engagements du candidat François Hollande qui n’ont pas subi le rabot ou l’égoïne du nouveau chef de l’Etat. Si peu nombreux étaient ceux qui attendaient de lui un parcours rectiligne, en revanche, ils étaient une majorité à souhaiter que la trajectoire file peu ou prou le train du changement, sur la voie de gauche. Arrimé à la machine libérale allemande, soumis aux désastreux traités européens, François Hollande n’a pas pu, ou su, ou voulu faire éclore quelques fleurs de ses promesses…


Résultat : la France s’immerge dans la récession et les tenants du libéralisme exultent en invitant le locataire de l’Elysée à tenir le cap!


Une large part de cette situation difficile pour tous, y compris pour le parti socialiste lui-même, provient du rapport des forces à gauche issu des élections législatives qui ont accordé la majorité absolue au parti du président; délices empoisonnés de la cinquième…

En clair, maîtres de tout, les gouvernants socialistes font comme ils l’entendent et non comme l’entend la majorité pluraliste de leurs électeurs!

Il en serait autrement si, pour avoir la majorité au parlement, la direction de l’Etat avait besoin des suffrages des autres composantes de la gauche. Une telle condition n’est d’ailleurs pas à exclure au cours de ce quinquennat. En un an, les socialistes ont perdu cinq députés, dont deux dimanche auprès des Français de l’étranger. Leur majorité absolue ne tient plus qu’à trois sièges. Et comme leur politique va continuer à décevoir…


Christian AUDOUIN

Partager cet article
Repost0

commentaires