Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 16:39

Le chef de l’Etat français s’est rendu hier au chevet de la Grèce pour gratifier ses habitants de ses félicitations pour leurs efforts consentis «au service de leur pays».


Les efforts en question, on le sait, correspondent à l’enfoncement de la majorité d’un peuple dans la misère noire et les souffrances sans nom.

S’ils les ont entendus, les Grecs auront du mal à se remettre de ces compliments, eux qui n’ont ni souhaité ni voulu l’austérité.

Aurait-on l’idée de rendre hommage aux «efforts considérables» des animaux poussés vers l’abattoir ?

 


L’explication des raisons de ce salut gratifié au peuple grec est peut-être à trouver dans l’appel lancé par François Hollande aux entreprises françaises de s’emparer des sociétés helléniques promises à la privatisation sur ordre du FMI, de la Banque européenne et de la Commission de Bruxelles.

Le président français endosse ainsi le rôle d’un Guizot contemporain en réactualisant le fameux «enrichissez-vous!». Même avec la meilleure volonté du monde pour accorder de l’élasticité aux définitions de la gauche, comment pourrait-on ne pas réagir face à de telles embardées social-libérales?

 


François Hollande n’en a pas fini avec ses salutations aux peuples martyrs. Un énième plan d’austérité va s’abattre sur les Grecs qui se préparent à de nouvelles protestations massives.

 

 

Que le chef de l’Etat prenne garde toutefois à ne pas épuiser ses provisions de félicitations hors de l’Hexagone : notre peuple les mérite chaque jour davantage, puisque la croissance française, minée par l’austérité, navigue désormais en dessous de zéro !

 

 

Christian AUDOUIN

Partager cet article
Repost0

commentaires